Contr Le De L Exposition Collective

Sos pour lehiga de rédacteur territorial Mon test de culture générale

Les structures dissipatives sont le résultat du développement personnel intérieur dans le système. Les procès de l'autoorganisation sont possibles à l'échange pour l'énergie et la masse avec l'environnement, i.e. au maintien de l'état de l'équilibre en cours, quand les pertes sur la dissipation sont compensées du dehors. Ces procès font un lapsus par les équations non linéaires pour les fonctions macroscopiques.

On peut diviser les structures dissipatives sur temporaire, spatial et spatialement-temporaire. Les exemples des structures temporaires sont les procès périodiques, vibratoires et d'onde. Les exemples typiques des structures spatiales sont : le passage du courant laminaire à, le passage du mécanisme de diffusion de la transmission de la chaleur à. Les exemples caractéristiques :, les cellules de Benara et la supergrille des époques.

Les troisièmes et quatrièmes phases - la fracture et l'inertie - sont liées à la chute les systèmes. Cette diminution pendant II s. jusqu'à J.C. - II s. a déduit sur la première place Rome étant à la périphérie de l'aire du superpeuple. Notamment à la phase il y avait une civilisation antique - Pax Romana - comme le résultat de l'Antiquité.

L'apparition des structures macroscopiques est conditionnée par la naissance, sous l'effet des fluctuations de grande échelle, les types collectifs du mouvement (, leur compétition, la répression d'uns et le développement de ceux qui sont plus adaptés aux conditions données. La ressemblance des procès de l'apparition des structures dissipatives avec les passages de phase dans les systèmes d'équilibre a donné la raison d'appeler comme leurs passages non équilibrés (cinétiques) de phase. La communauté formelle des passages cinétiques et d'équilibre de phase consiste en caractère coopératif du procès conditionné par ce que dans le système possédant le nombre infini des degrés de la liberté, il y a une ou quelques de tels, le changement de qui soumet le changement des autres.